Prânayama


Pranayama

Pour Swami Sivananda, :" Prâna est la somme totale de toutes les énergies contenues dans l'Univers." C'est l'énergie universelle indifférenciée. Au niveau individuel, prâna (avec un p minuscule) est l'énergie différenciée, manifestée sous quelque forme que ce soit.

Le yogi cherche à accumuler et à transformer le prâna pour agir dans le monde intérieur et dans les constituants physiques de l'atmosphère. Prâna existe dans la nourriture, dans l'eau, dans la lumière solaire. L'air, l'eau, les aliments, la lumière solaire, véhiculent le prâna dont dépend toute vie animale ou végétale. Le prâna est notre véritable nourriture ; sans prâna aucune vie n'est possible.

 

Les yogis utilisent le prâna véhiculé par l'air. En contrôlant et en allongeant progressivement le souffle, ils peuvent accumuler et stocker le prâna dans le système nerveux, le plexus solaire en particulier. Ils peuvent le diriger à volonté par la Pensée.

 

Le second chapitre de la Hatha-Yoga pradipika a pour objet le prânayama. Voici ce que disent les 3 premiers versets :

 

"Étant fermement établi dans la pratique des asanas, ayant maîtrisé ses sens et prenant une alimentation nourrissante et modérée, le yogi doit pratiquer le prânayama tel qu'enseigné par son Guru.

 

Quand le souffle et irrégulier, l'esprit est fluctuant, quand le souffle est stable, l'esprit l'est aussi.

 

Pour atteindre la stabilité, le yogi doit retenir son souffle. Tant que le souffle demeure dans le corps, il y a la vie.

Quand le souffle s'en va, la vie s'en va aussi. C'est pourquoi l'on doit discipliner le souffle."

 

De même que les émotions (joie, peine, peur, envie, amour, ...) affectent notre manière de respirer, en agissant sur la façon dont nous respirons nous pouvons contrôler nos émotions. La respiration est le point de passage entre le monde émotionnel et le corps physiologique. Le prânayama nous permet (entre autres) de contrôler nos émotions négatives et de créer des états émotionnels positifs. Par la stabilité mentale je peux me fixer dans le contentement et l'observation juste des évènements (en en étant très peu affecté).

 

Étude du prânayama


Bien qu'extrêmement doux dans son exécution, l'étude et la pratique du prânayama demandent endurance, courage et persévérance. Les résultats se méritent. Les effets se produisent au bout de plusieurs semaines de pratique régulière. Mais il faut bien commencer, et surtout : commencer bien !

 

Dans l'optique du yoga, les asanas (postures établies en conscience) servent à préparer le corps à l'accueil du Prâna. C'est une erreur de vouloir faire du prânayama trop tôt alors que le corps n'est pas encore prêt (ouvert). Le prânayama met en œuvre des énergies puissantes qui peuvent soit grandement améliorer la santé, soit causer des problèmes importants si les exercices sont mal exécutés ou réalisés dans un corps trop faible.

 

Le prânayama est la continuation logique et nécessaire du travail postural (asanas). Prânayama et Asana se complètent. Il faut avant tout avoir développé l'ouverture de la cage thoracique, et savoir s'assoir sur le sol, dans des postures adaptées à la circulation de l'énergie interne, de manière confortable, immobile et le dos droit, sans s'avachir en avant ni s'adosser, pendant toute la durée des exercices (15 à 20 min. mini).

 

C'est pourquoi les cours de Prânayama donnés au Studio Yoga République ne sont dispensés qu'à des élèves ayant au moins un an de pratique de yoga.

 

Les différents prânayama

On distingue plusieurs types de souffles, aux propriétés spécifiques :

  • contrôlés (ralentissement du souffle pour stabiliser le mental),
  • accélérés (purification des canaux d'énergie),
  • alternés (rééquilibrage des énergies),
  • rafraichissants (utiles l'été ou dans les pays chauds),
  • sonores (modification des états de conscience).